jeudi 22 février 2024
AccueilLutte des classesFrida Kahlo, de la tragédie à la révolution

Frida Kahlo, de la tragédie à la révolution

Le Comité de Rédaction de Nouvelle Epoque a décidé de partager une traduction non-officielle d’un article du Movimiento Femenino Popular du Brésil (MFP), proposée par le Comité Féminin Populaire (CFP).

Frida Kahlo, fille de la Révolution mexicaine, comme la peintre se définissait elle-même, était une artiste mexicaine populaire qui défendait la culture de son pays. Tout au long de sa vie, elle a affirmé ses racines indigènes et espagnoles dans ses attitudes, son art et ses actions politiques. Elle a affronté les tempêtes de son époque : l’impérialisme, la montée du fascisme et les processus révolutionnaires socialistes effervescents et brillants. Elle était une communiste convaincue, une défenseuse du marxisme et des grands dirigeants du prolétariat international, Lénine, Staline et Mao Tsé-toung. Elle a mené plusieurs batailles contre l’asservissement des peuples et la condition d’oppression des femmes, brisant plusieurs carcans pour devenir peintre et révolutionnaire au début du XXème siècle. Elle a lutté avec ardeur contre les préjugés d’une société capitaliste et sexiste. Elle a affronté avec optimisme les graves problèmes de santé qui l’ont affecté tout au long de sa vie, au service du peuple et de la Révolution.

Magdalena Carmen Frida Kahlo y Calderón est née le 6 juillet 1907 à Coyoacán, Mexico. Elle est la fille de Guillermo Kahlo, photographe d’origine allemande, et de Matilde Gonzalez y Calderón, femme d’origine indigène et espagnole. Elle est née à une époque où la lutte des classes faisait rage. La prise de pouvoir de plus de 30 000 paysans armés dans la capitale mexicaine en 1914, menée par Emiliano Zapata et Pancho Villa, sous le slogan “Terre et liberté”, a été un événement qui a secoué non seulement le Mexique, mais aussi le monde entier. La rébellion paysanne pour la démocratisation de la propriété foncière a été l’un des processus révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine. Elle a démontré le rôle de la paysannerie dans les révolutions des pays semi-coloniaux et semi-féodaux et les limites de la bourgeoisie nationale du continent qui, dans cette rébellion, a trahi les intérêts des paysans en cédant aux diktats de l’impérialisme yankee, qui avait déjà usurpé la moitié du territoire mexicain depuis le milieu du XIXe siècle et qui, dans le reste du pays, en alliance avec les propriétaires terriens et la grande bourgeoisie, exercerait une ingérence sur la production agricole.

Frida avait l’habitude de dire aux gens qu’elle était née en 1910, l’année où la révolution mexicaine a commencé. Bien qu’elle ne soit pas née cette année-là, elle avait un lien profond avec ce grand événement. Dans son journal, elle rappelle que ses premiers souvenirs d’enfance sont les batailles paysannes menées par Zapata et Pancho Villa : “Je me souviens que j’avais quatre ans quand a eu lieu la “Décennie tragique” et que j’ai assisté de mes propres yeux à la lutte des paysans de Zapata contre les «Carrancistas ». Elle raconte l’attitude de sa mère qui a ouvert les portes de sa maison aux révolutionnaires et laissé entrer les zapatistes pour soigner les affamés et les blessés. Frida raconte dans son journal : “L’émotion claire et précise que m’inspire la “révolution mexicaine” a été à l’origine de mon adhésion aux jeunesses communistes à l’âge de 13 ans”.

À l’âge de six ans, Frida Kahlo est atteinte de poliomyélite. À l’époque, les médecins lui recommandent de faire du sport pour renforcer ses jambes et elle pratique la natation, le football et la boxe. Malgré cela, elle reste handicapée au niveau des jambes. C’est le premier problème de santé auquel elle a dû faire face, surmontant les limitations et les préjugés qui l’ont obligée à être active et à se battre dès l’enfance.

En 1922, à l’âge de 14 ans, alors qu’elle a terminé l’école primaire et qu’elle souhaite faire des études de médecine, elle est l’une des premières filles à intégrer l’École nationale préparatoire. Les répercussions de la grande révolution socialiste d’octobre 1917, qui a inauguré la première dictature du prolétariat, conquise par les ouvriers et les paysans russes qui ont pris le pouvoir sous la direction magistrale de Lénine, ont touché le cœur des jeunes du monde entier, et le Mexique n’a pas dérogé à la règle. Au lycée, Frida rejoint “Los Cachuchas”, un groupe de jeunes socialistes qui défendent la culture et les traditions authentiques du peuple mexicain. Ils encouragent les discussions scientifiques, politiques et artistiques et mènent toutes sortes d’actions politiques contre les enseignants conservateurs et réactionnaires de l’école. Ses membres sont devenus par la suite les principaux dirigeants de la gauche mexicaine. À cette époque, elle devient une activiste politique et s’immerge dans l’atmosphère effervescente de la lutte des classes dans le monde et au Mexique, encore sous l’impact de la rébellion paysanne menée par Emiliano Zapata et Pancho Villa. Dans une lettre adressée au général Jenaro Amescua en 1918, Zapata a démontré qu’il existait un lien étroit entre la Révolution mexicaine et la Révolution d’Octobre :

“Nous gagnerions beaucoup, l’humanité et la justice gagneraient beaucoup, si tous les peuples d’Amérique et toutes les nations de la vieille Europe comprenaient que la cause du Mexique révolutionnaire et la cause de la Russie sont et représentent la cause de l’humanité, l’intérêt suprême de tous les peuples opprimés (…) Ici comme là-bas, il y a de grands seigneurs inhumains, avides et cruels qui ont exploité les grandes masses paysannes de père en fils jusqu’à la torture. Et ici, comme là-bas, les hommes asservis, les hommes à la conscience endormie, commencent à se réveiller, à se secouer, à s’agiter, à châtier. (…) Il n’est donc pas surprenant que le prolétariat mondial applaudisse et admire la révolution russe, de même qu’il donnera tout son appui, sa sympathie et son soutien à cette révolution mexicaine, lorsqu’elle réalisera pleinement ses fins” (Lettre d’Emiliano Zapata au général Jenaro Amescua, Tlaltizapán, Morelos, 14 février 1918).

Dans ce contexte d’agitation politique et culturelle, le muralisme mexicain émerge, fondé sur les valeurs nationales de la période précolombienne et sur l’art populaire, qui alimente la création artistique de l’époque et dont Frida s’inspire pour développer son œuvre. Elle a représenté cette période de sa jeunesse dans un tableau intitulé “Los cachuchas”, datant de 1927, et a déclaré dans son journal que c’était la période la plus heureuse de sa vie.

Los Cachucas, Frida Kahlo, 1927

Le 17 octobre 1925, à l’âge de 18 ans, Frida est victime d’un grave accident qui affectera sa santé pour le reste de sa vie. Elle se trouvait dans un bus qui est entré en collision avec un tramway. L’accident fait plusieurs morts et plusieurs blessés. Frida souffre de 11 fractures à la jambe droite, d’un pied écrasé et disloqué, de lésions pelviennes dues au fait qu’une des barres de soutien du bus lui a transpercé le ventre, ainsi que de fractures de la colonne cervicale. Beaucoup pensaient qu’il ne survivrait pas à ses blessures.

Frida Kahlo peignant alors qu’elle est alitée

Après l’accident, elle est restée alitée pendant des mois. Sa mère place un miroir au plafond et plusieurs sur les murs de sa chambre pour que sa fille puisse se voir. Avec la boîte de peinture à l’huile de son père, qui était également peintre, elle a commencé à peindre des autoportraits. Sa mère lui commande un chevalet adapté pour qu’elle puisse peindre. Frida a déjà quelques notions d’art pour avoir accompagné son père dans son travail de photographe, qui lui a appris quelques rudiments du métier, et elle a suivi des cours de dessin avec le graphiste et publicitaire Fernando Fernandez lorsqu’elle travaillait dans son studio. C’est à cette époque qu’elle étudie l’histoire de l’art et réalise ses premières œuvres.

En 1928, Frida adhère au Parti communiste mexicain et joue un rôle actif dans la lutte des classes, luttant aux côtés des grands communistes. Elle rencontre Tina Modotti, communiste italienne en exil dans le pays et plus tard membre de l’Internationale communiste, qui joue un rôle internationaliste important en collaborant à la construction du Secours Rouge International (SRI), une organisation qui soutient les persécutés politiques dans la première moitié du XXe siècle. Au Mexique, Modotti a participé à la fondation du parti communiste, a travaillé avec la SRI et a développé un travail politique révolutionnaire parmi les artistes et les intellectuels. Avec Frida, elle a créé la Ligue des jeunes communistes, grâce à laquelle Tina a rencontré diverses personnalités politiques et artistiques ainsi que des réfugiés politiques (le peintre mexicain Xavier Guerrero, le Cubain Antonio Mella, le compagnon de Modotti, l’écrivain Anita Brenner, le photographe Edward Weston). À cette époque, Kahlo s’immerge profondément dans l’activisme politique, devenant une militante active. Dans ces cercles, elle rencontre Diego Rivera, qui peint Frida et Tina dans une fresque du ministère de l’Éducation intitulée Insurrection. Dans cette fresque, les deux femmes apparaissent comme des militantes remettant des armes à des ouvriers et à des paysans.

Photo prise par Tina Modotti le 1er mai 1969

Rivera et Kahlo se sont mariés le 21 août 1929 et ont vécu ensemble pendant quatre ans aux États-Unis, où Diego a été chargé de peindre plusieurs fresques murales. Ce sont des années très difficiles pour Frida, qui subit une de ses fausses couches et dont les problèmes de santé s’aggravent lorsqu’elle doit être amputée d’un orteil. Elle ne supporte pas de vivre dans ce pays impérialiste et ne s’adapte pas au mode de vie américain. Elle a fait plusieurs déclarations critiquant les Yankees et leur système d’exploitation et d’oppression. Dans l’une d’elles, elle qualifie l’endroit de “gringoland”. En novembre 1931, il écrit à son médecin, le Dr Eloesser : “…j’aurais vu des milliers de personnes dans la plus terrible des misères, sans nourriture ni endroit pour dormir, ce qui m’a le plus impressionné ici, c’est qu’il est étonnant de voir les riches faire la fête jour et nuit, alors que des milliers et des milliers de personnes meurent de faim…”. Il a consigné ses sentiments à l’égard des Yankees et de leur décadence dans deux de ses tableaux, l’un intitulé “Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis”, datant de 1932, et l’autre “Là, j’accroche ma robe”, datant de 1933. Elle a également laissé une déclaration sur les “leçons” qu’elle avait apprises dans le pays en disant : “Je suis de plus en plus convaincue que la seule façon d’être un homme, je veux dire un être humain et non un animal, est d’être communiste”. Ces années ont été importantes pour elle, car elles lui ont permis d’approfondir son sentiment révolutionnaire et son désir de retourner au Mexique pour exprimer son indignation face aux injustices et aux inégalités du monde, pour peindre, pour vivre et pour travailler et s’installer comme peintre.

C’est là que j’accroche ma robe, Frida Kahlo, 1933
Autoportrait de Frida Kahlo à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, 1932

Le monde vivait une période de grande tempête dans la lutte des classes où l’impérialisme avançait dans une course effrénée au partage du monde, préparant une nouvelle guerre mondiale, créant une menace sérieuse d’agression imminente contre l’URSS et la dictature du prolétariat. Dans une tentative d’arrêter la croissance de la révolution prolétarienne mondiale, qui s’étendait à tous les coins du monde, l’impérialisme, par ses attaques contre diverses nations et la montée du fascisme, a créé une situation difficile pour les peuples opprimés et la révolution prolétarienne mondiale. Dans divers pays, une légion de masses armées s’est soulevée dans des luttes de libération nationale, à travers la guerre de résistance pour combattre le fascisme, pour la défense de l’URSS, de la dictature du prolétariat et de la révolution prolétarienne mondiale. Ces batailles ont été menées sous la direction magistrale de Staline, sous la bannière du Front antifasciste mondial promu par le septième congrès de l’Internationale Communiste (Comintern), la principale lutte sur deux lignes du mouvement communiste international, dans laquelle Staline a dévoilé des positions opportunistes déguisées en gauche, essentiellement petites-bourgeoises, qui niaient la nécessité de préparer les partis communistes et le rôle des masses dans la révolution, telles que les positions de Trotsky contre la politique du front unique et la ligne du septième congrès de l’Internationale Communiste.

Face à ces graves événements que sont l’imminence de la guerre mondiale et la montée du fascisme, Frida renforce son élan révolutionnaire et défend la résistance héroïque des ouvriers et des paysans espagnols contre le fasciste Franco lors de la guerre civile espagnole. Elle participe à la fondation du comité de soutien aux républicains de Mexico et organise, avec Diego, l’arrivée de quatre cents réfugiés dans le pays. En 1937, après avoir été expulsé d’URSS et d’autres pays, Trotsky se déclare politiquement persécuté par Staline et s’exile au Mexique. Cette déclaration n’était qu’un prétexte pour masquer le rejet de ses positions opportunistes par le parti de Lénine, alors dirigé par Staline. A cette époque, Trotsky était déjà connu et combattu pour ses falsifications du marxisme-léninisme et pour tous les sabotages qu’il avait menés contre la dictature du prolétariat en tant que véritable agent de la bourgeoisie au sein de la première nation socialiste. C’était une période de lutte intense entre deux lignes au sein du mouvement communiste international et la position de Trotsky influençait des secteurs des partis communistes dans le monde entier, y compris au Mexique. A cause de l’influence de Diego, Frida accueille Trotsky et sa femme Natalie Sedova chez elle, où ils vivent pendant deux ans. Ils vivent ensuite dans une maison voisine de celle de Frida et, en 1940, Trotski est victime d’un attentat dont il s’échappe vivant. Diego, considéré comme l’un des principaux suspects, entre dans la clandestinité puis s’enfuit aux États-Unis. Trois mois plus tard, Trotski est exécuté par Ramón Mercader. Diego n’est pas soupçonné car il se trouve à San Francisco (USA). À l’époque, parce qu’elles étaient proches de Ramón, Frida et sa sœur furent arrêtées pendant deux jours, injustement soupçonnées de l’exécution de Trotsky. Diego, bien qu’il se dise communiste et marxiste, est en réalité anarchiste et présente diverses limitations dans l’interprétation et l’assimilation de l’idéologie du prolétariat, dues aux limites mêmes du Parti communiste du Mexique, qui en est encore à ses premiers pas sur la voie de la révolution. Des années plus tard, avec une meilleure compréhension idéologique en général et de la lutte à deux lignes qui se déroulait au sein du MCI en particulier, Frida a exprimé sa position sur ces événements dans son journal : “Je comprends clairement la dialectique matérialiste de Marx, Engels, Lénine, Staline et Mao. Je les aime comme les nouveaux piliers d’un nouveau monde communiste. Et j’ai compris l’erreur de Trotsky depuis qu’il est arrivé au Mexique. Je n’ai jamais été trotskiste. Mais dans les années 40, je n’étais que l’allié de Diego, (personnellement) (erreur politique)…”

À la fin des années 1930, l’œuvre de Frida est reconnue au Mexique et dans le monde entier. Elle expose dans diverses galeries d’art. Au cours des années 1940, elle participe à des expositions au Mexique et aux États-Unis. En 1942, elle devient membre fondateur du Séminaire de la culture mexicaine, un événement qui réunit 25 artistes et intellectuels qui défendent la culture nationale. En 1943, elle travaille comme professeur d’art à l’École nationale de peinture, de sculpture et de gravure “La Esmeralda”. Cette école, gérée par le ministère mexicain de l’éducation publique, s’adressait à des élèves issus de la classe ouvrière et de la paysannerie. Kahlo leur apprend à valoriser la culture mexicaine, les origines indigènes et la vie des gens dans les quartiers populaires, les usines, les villages et les bidonvilles. En septembre 1946, elle reçoit un prix pour son œuvre “Moisés” (1945) au Palais des Beaux-Arts de Mexico.

Avec le glorieux triomphe sur le nazisme et la Seconde Guerre mondiale, une épopée grandiose de l’humanité, dirigée de main de maître par Staline, au cours de laquelle des millions de masses armées ont combattu dans le monde entier, vainquant la guerre impérialiste, formant plusieurs nations socialistes, telles que la révolution chinoise victorieuse dirigée par Mao Tsé-toung, ce sont des batailles qui ont porté la condition de la révolution prolétarienne mondiale à un autre niveau. Ces événements ont remonté le moral de tous les démocrates, révolutionnaires et communistes du monde. Frida a célébré ce moment en exprimant dans son journal sa confiance dans la voie de la révolution : “Trentième anniversaire de la révolution bolchevique (…) L’arbre de l’espoir est solide !» Elle ressent le besoin de mettre plus profondément son art au service de la révolution, en lui donnant un caractère plus politique et idéologique

Dans les années 1950, les problèmes de santé de Kahlo s’aggravent et elle subit sept opérations de la colonne vertébrale et l’amputation de la moitié de sa jambe droite. Face à la douleur et aux privations, elle affirme dans son journal son idéologie et la nécessité croissante de servir la révolution : “Je dois lutter de toutes mes forces pour que le peu de choses positives que ma santé me permet de faire aille dans le sens de la révolution”. À cette époque, il réalise une peinture pour défendre le marxisme en tant que source de guérison pour les malades, intitulée “Le marxisme donnera la santé aux malades”, datant de 1954. Il exprime “la nécessité de s’appuyer sur un idéal politique face à l’inefficacité de la médecine moderne” pour montrer l’incapacité de l’impérialisme à garantir les conditions de vie des masses. Dans cette perspective, il affirme la nécessité de mettre sa peinture au service du peuple et du Parti communiste du Mexique.

Le marxisme donnera la santé aux malades, Frida Kahlo, 1954

En 1953, Lola Bravo, une importante photographe mexicaine, a organisé une exposition personnelle des peintures de l’artiste dans sa galerie d’art avec Rivera. Elle estimait qu’il était important pour Frida de célébrer son art avec son peuple et savait qu’en raison de sa maladie, il ne lui resterait que peu de temps à vivre. Alitée à la suite de sept opérations du dos, Frida s’est vu interdire par ses médecins d’assister à son exposition afin de ne pas compromettre son rétablissement post-chirurgical. Audacieusement, Frida est arrivée à l’exposition sur son propre lit. Elle a ainsi célébré avec ses visiteurs et ses amis l’un des moments les plus importants de sa vie, la reconnaissance de son œuvre comme partie intégrante de la culture populaire mexicaine.

Kahlo n’a jamais abandonné son élan révolutionnaire et sa défense du peuple. Le 2 juillet 1954, lors du coup d’État militaire au Guatemala de Castillo Armas, qui venait de prendre le pouvoir avec l’appui de la CIA, l’artiste, soignée pour une pneumonie et en fauteuil roulant, a participé à une manifestation sur la place Santo Domingo, la place centrale de la ville de Mexico, onze jours avant sa mort. Avec des milliers de personnes, le poing levé, elle scande les slogans : “Dehors, gringos assassins !”, dans une nouvelle expression de l’internationalisme prolétarien.

Juillet 1954, Frida participe à une manifestation contre l’intervention de la CIA au Guatemala.

La célèbre phrase de Frida après l’amputation de sa jambe droite, “Pourquoi voudrais-je des pieds si j’ai des ailes pour voler ?”, montre clairement que pour elle, il n’y avait pas de limites lorsqu’il s’agissait de se battre pour sa vie et celle du peuple. C’est ce qu’elle a fait jusqu’à ses derniers jours, même lorsqu’elle a peint des natures mortes, enregistré des slogans communistes et des hommages aux dirigeants de la révolution Marx, Engels, Staline et Mao Tsé-toung, pour affirmer que son art devait être au service de sa principale bannière : la révolution, ” la seule véritable raison de vivre”.

Le 13 juillet 1954, six jours après avoir fêté son 47e anniversaire, Kahlo meurt. Lors de ses funérailles, des milliers de personnes lui font leurs adieux avec une profonde émotion, et le drapeau rouge avec la faucille et le marteau est drapé sur son cercueil. Des milliers de personnes ont entonné l’hymne du prolétariat international en l’honneur de cette communiste.

La Maison Bleue, où Frida Kahlo est née et a vécu la majeure partie de sa vie, est devenue le Musée Frida Kahlo en 1958. Le musée rassemble certaines des œuvres de la peintre, des objets personnels et conserve le journal qu’elle a écrit au cours des dix dernières années de sa vie, où elle a exprimé ses sentiments les plus profonds sur la vie, les gens, l’art et la révolution, nous laissant plus que son héritage artistique, son exemple en tant que femme combattante et communiste.

Autoportrait avec Staline, Frida Kahlo

Nous rendons notre hommage prolétarien le plus chaleureux et le plus sincère à Frida Kahlo, héroïne du prolétariat international. Nous rejetons toutes les falsifications que le féminisme, le trotskisme et le révisionnisme font de son histoire et de sa position de classe, la réduisant à une marque de boutique, déformant son statut de communiste et sa véritable position de classe, la présentant comme une féministe libérale et non comme une femme de parti qui a adhéré aux idées les plus avancées de son époque, prenant position dans les luttes les plus féroces telles que la lutte entre le léninisme et le trotskisme, prenant la défense des grands camarades Staline et du président Mao Tsé-toung. La force et la fermeté de caractère de Frida Kahlo, capable d’affronter toutes les tragédies qu’elle a vécues avec un optimisme révolutionnaire, découlaient de sa position idéologique de foi dans la révolution, le parti et les masses. Elle a donné sa vie et mis son art au service de la révolution, dans un grand exemple de lutte de classe intrépide.

“La révolution est l’harmonie des formes et des couleurs, et tout se rencontre et bouge sous la même loi : la vie. Personne n’est séparé des autres. Personne ne se bat pour lui-même. Tout est tout et un.”
“L’angoisse et la douleur, le plaisir et la mort ne sont rien d’autre qu’un processus d’existence. La lutte révolutionnaire, dans ce processus, est une porte ouverte à l’intelligence”.

(Extraits du journal de Frida Kahlo, 1947).

Articles sur le même thème

Articles récents