lundi 5 décembre 2022
HomeLuttes de libération nationaleInterview exclusive des militants pro-palestiniens ayant envahi le stade de l’OL

Interview exclusive des militants pro-palestiniens ayant envahi le stade de l’OL

Notre Comité de Rédaction vous retranscrit en exclusivité l’interview que nous ont accordé les deux militants pro-palestiniens* ayant perturbé la rencontre de football opposant l’Olympique Lyonnais au FC Toulouse, le vendredi 07 octobre 2022.

Nouvelle Epoque (NE) : Bonjour, pour entamer notre interview, pouvez-vous rapidement vous présenter s’il vous plait ?

Thibault : Bonjour, je m’appelle Thibault, j’ai 32 ans, et je travaille dans un entrepôt logistique à proximité de Saint-Etienne depuis plusieurs années

Max : Enchanté, moi c’est Max, étudiant de 24 ans sur Lyon, et travailleur à mi-temps en parallèle des études.

NE : Pourriez-vous m’indiquer quel était le sens global de votre action ?

Max : Comme vous le savez surement, nous nous trouvons dans le mois international d’action en faveur de la libération de Georges Abdallah, un combattant communiste pour la Palestine emprisonné en France depuis 39 ans, et libérable de plus depuis 1999. Nous voulions donc alerter la société et le public lyonnais en même temps sur ce fait injuste et illégal et participer dans ce sens à la mobilisation pour faire libérer Georges Abdallah.

Ce mois international d’action est initié par la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah, une organisation visant à rassembler les soutiens sincères de la cause Palestinienne, afin de lutter de façon unitaire pour faire libérer Georges Abdallah le plus rapidement possible, et par là même de diffuser et soutenir activement la juste lutte du peuple Palestinien.

Nous nous inscrivons donc dans ce cadre. Tous les jours des Palestiniens et Palestiniennes de tous âges meurent sous les balles de l’occupant sioniste. Notre geste n’est qu’une petite contribution afin de faire connaitre cette situation qui dure depuis des dizaines d’années dans l’indifférence de nos gouvernements, qui sont mêmes complices de cet apartheid, et qui gardent Georges enfermé en France. Nous devons réagir à hauteur de la situation en Palestine. Il fallait donc agir quitte à prendre quelques risques, pour élever la mobilisation.

NE : Et vous Thibault, pourquoi soutenez-vous Georges Abdallah ?

Thibault : Principalement car sa cause et celle du peuple Palestinien est une juste cause. Soutenir Georges c’est avant tout soutenir les masses palestiniennes et leur résistance armée, masses qui se battent au quotidien pour libérer la Palestine de l’occupant sioniste. De plus Georges est un communiste, il se bat pour une Palestine libre et socialiste. C’est un combat qui me parle tous les jours. En tant que prolétaire, je me sens encore plus proche du combat de Georges qui veut libérer la Palestine et également détruire le capitalisme dans le monde entier.

NE : Vous avez rapidement été évacués par la sécurité du stade à la suite de votre action, puis vous avez passé deux nuits en garde à vue. Comment avez-vous vécu ce moment ?

Max : Georges Abdallah est en prison depuis 38 ans et n’a jamais renié son combat, ni ses idées, alors si je ne peux pas effectuer quelques heures de garde à vue pour le soutenir, je ne peux pas prétendre être un vrai soutien de la Palestine.

Thibault : J’approuve ce qu’a dit Max, et je tiens à rappeler qu’il y a plus de 4 000 prisonniers Palestiniens dans les prions sionistes, dont notre compatriote Salah Hamouri, qui et d’ailleurs en grève de la faim avec 29 autres prisonniers et à qui j’adresse tous mon soutien. 

NE : Quelles sont les peines encourues ?

Thibault : Nous sommes tous les deux convoqués le 18 juin 2024 au tribunal correctionnel de Lyon pour avoir refusé de donner nos empreintes et notre ADN. En revanche, pour le stade même, nous n’encourrons aucune peine judicaire. Nous pourrons éventuellement écoper d’une peine administrative avec une interdiction de stade.

Max : Le 18 juin correspond à la date annuelle de la manifestation nationale à Paris pour exiger la libération de Georges Abdallah. La Justice pense donc nous priver de cette manifestation en nous convoquant ce jour même. Ayant la certitude que d’ici-là nos mobilisations auront fait libérer Georges au cours de 2023, cette date ne nous importe que trop peu.

NE : Avez-vous un mot à dire pour terminer ?

Thibault : Je tiens et on tient à remercier l’ensemble des personnes et organisations, notamment la Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire, qui nous ont soutenu et qui ont relayé notre action face à la tentative médiatique de l’étouffer. J’appelle tous les soutiens sincères de la Palestine et de Georges Abdallah à se mobiliser activement et de façon combattive pour qu’en 2023 Georges soit libre, et que ce mois international d’action soit une victoire.

Max : Je suis d’accord avec ce qu’a dit Thibault, et comme le rappelle sans cesse Georges Abdallah, nous devons développer mille initiatives pour développer le soutien à la Palestine. Je remercie donc également Nouvelle Epoque de nous avoir permis de nous exprimer dans ses colonnes et d’avoir relayé notre action.

J’appelle d’ailleurs par la même occasion tous les lecteurs et lectrices à se rendre le vendredi 14 octobre à 18h30 devant le Palais de Justice de Lyon, dit les 24 Colonnes, pour participer au rassemblement de soutien pour exiger la libération de Georges Abdallah, organisé par le Collectif 69 de Soutien au Peuple Palestinien. Nous y serons également présents.

*Les prénoms ont été modifiés dans cet article

Articles sur le même thème

Articles récents