jeudi 20 juin 2024
AccueilInternationalLe commandant de l'armée brésilienne rencontre des militaires réactionnaires d'Inde

Le commandant de l’armée brésilienne rencontre des militaires réactionnaires d’Inde

Nous partageons une traduction non-officielle d’un article publié par le journal brésilien A Nova Democracia.

Le commandant de l’armée brésilienne, le général Tomás Miguel Miné Paiva, a rencontré des hauts gradés des forces armées indiennes et le secrétaire à la défense de l’ancien État indien lors d’une visite de six jours dans ce pays asiatique, entre le 28 août et le 2 septembre. Cette visite vise à rapprocher les forces militaires des deux pays par le biais d’une coopération bilatérale.

Au cours de sa visite, le général brésilien a rencontré le chef d’état-major de l’armée réactionnaire indienne, le général Manoj Pande, le chef d’état-major de la défense, le général Anil Chauhan, et le secrétaire à la défense, Shri Giridhar Aramane. Tomás Paiva a également participé à des démonstrations de tir et à des manœuvres militaires de l’armée réactionnaire indienne.

Le ministre indien de la défense a déclaré que “ces discussions soulignent les objectifs communs de renforcement de la coopération et de la collaboration en matière de défense entre les deux nations”. Il a également déclaré que les deux commandants avaient eu des “discussions constructives” sur les questions régionales et mondiales actuelles.

Des similitudes fondamentales

En termes de défense stratégique, l’Inde et le Brésil ne présentent pas de similitudes apparentes. Les pays sont extrêmement éloignés l’un de l’autre et tous deux sont entourés d’enjeux extérieurs fondamentalement différents. Les biomes et la géographie physique, facteurs importants pour la défense, sont également très différents.

En revanche, sur le plan intérieur, l’Inde présente des caractéristiques importantes pour l’armée réactionnaire brésilienne. Ce pays asiatique est essentiellement agraire et, depuis plus de 50 ans, le théâtre d’un processus révolutionnaire dans lequel les paysans et les populations indigènes, organisés au sein de l’Armée de guérilla de libération du peuple (PLGA) du Parti communiste indien (PCI) (maoïste), contrôlent en partie des parties importantes du territoire.

Les forces armées indiennes jouent un rôle central dans la répression de ce processus. Depuis 11 ans, le vieil État indien coordonne des opérations sanguinaires contre la PLGA et le CPI (maoïste), telles que l’opération Green Hunt et Prahaar, par l’intermédiaire des forces militaires et policières réactionnaires.

Ces opérations sont actuellement dirigées par le Premier ministre fasciste indien Narendra Modi. En plus de ces opérations, Modi, qui est au pouvoir depuis 2014, est responsable de la répression généralisée contre les masses populaires indiennes en général, ainsi que contre les mouvements populaires et démocratiques du pays. L’année dernière, le gouvernement de Modi a interdit le Front populaire indien et ses huit organisations affiliées en les accusant de “terrorisme”.

L’ennemi intérieur

L’armée réactionnaire brésilienne s’intéresse de près à ces questions. Depuis des années, elle intensifie les entraînements et les opérations visant à combattre “l’ennemi intérieur” dans le pays. L’entraînement est ouvert, sans aucun effort pour dissimuler qui est perçu comme tel : en 2020, l’armée a organisé un entraînement au cours duquel les candidats à l’entrée dans les “troupes d’élite” de la corporation devaient combattre une “organisation armée clandestine” issue “d’une dissidence du Parti des travailleurs” qui “recrute et forme des militants du MLT [Mouvement de lutte pour la terre]”. L’opération s’est déroulée dans la ville de São Paulo.

La même année, l’armée a réalisé un autre exercice d’entraînement, cette fois à Rondônia, dans lequel elle a simulé une confrontation entre une armée d’un “pays rouge” et d’un “pays bleu”. Cette fois, l’exercice était directement supervisé par les Yankees (États-Unis, USA), en la personne de l’ancien secrétaire d’État et ex-agent de la CIA, Mike Pompeo.

Cette année, l’armée a annoncé qu’elle utiliserait une partie de ses investissements de 2024 dans des projets stratégiques pour développer des drones et des hélicoptères destinés à l’Amazonie. La région est connue pour être le théâtre des luttes paysannes dans le pays. Tous les épisodes récents indiquent le maintien et le développement de la stratégie militaire de l’armée réactionnaire brésilienne visant “l’ennemi intérieur”. À savoir, les paysans en lutte acharnée pour la terre, en particulier dans la région de l’Amazonie.

Articles sur le même thème

Articles récents