samedi 20 avril 2024
AccueilInternationalMassacre au Congo : près de 50 personnes tuées lors d'une manifestation...

Massacre au Congo : près de 50 personnes tuées lors d’une manifestation contre les Nations unies

Nous partageons ici une traduction non-officielle d’un article du média international Red Herald.

Le 30 août, une manifestation contre l’Organisation des Nations Unies (ONU) a eu lieu à Goma, en République démocratique du Congo, qui a fait au moins 48 morts et, selon les autorités, 75 blessés et 168 arrestations. Un policier est également décédé au cours des manifestations, lapidé par la foule. La manifestation était spécifiquement dirigée contre le camp militaire de l’ONU et était interdite par les autorités. Au moment où les manifestants sont arrivés, les forces de l’État étaient déjà prêtes à les empêcher d’entrer.

Cette manifestation était spécifiquement dirigée contre la “Mission de Stabilisation” des Nations Unies (MONUSCO). Les manifestants, qui se déclarent anti-impérialistes, exigent l’abandon de cette opération et le départ de l’ONU et des autres forces de l’Afrique de l’Est en les accusant d’inaction face à l’insécurité du pays. Cette opération est menée sans interruption dans ce pays africain depuis 1999. Dans cette opération ont “contribué” des pays comme les Etats-Unis, la Belgique, la Chine ou la France, pays impérialistes ayant de grands intérêts économiques dans le pays africain.

Ce n’est donc pas une coïncidence si, parmi les 16 000 soldats qui font partie de l’opération de la MONUSCO, la plupart sont concentrés dans les riches régions minières du Congo. Le Congo est l’un des pays où l’on pille le plus de cobalt, de lithium, de cuivre, d’étain, de magnésium, de tungstène, de diamants et d’or. Ces minerais sont très importants pour les pays impérialistes car ils sont nécessaires aux industries aéronautique, pharmaceutique et en général électronique. Cependant, les conditions subies par le peuple congolais pour les extraire sont celles d’un semi-esclavage, où le danger de mort est élevé pour les adultes et les enfants, puisque le travail des enfants est largement utilisé dans ces travaux.

Les pays impérialistes tels que la Chine ou les États-Unis ont tout intérêt à poursuivre la mission de l’ONU, car elle sert leurs intérêts. La Chine, par exemple, a conclu de grands accords commerciaux depuis 2008 avec un investissement de 2,74 milliards pour des projets d’infrastructure, ce qui lui permettra d’améliorer le transport des matières premières pillées sur le continent. En retour, elle recevra plus de 6,2 milliards de dollars de minerais au total.

Cependant, bien que la Chine progresse stratégiquement dans sa position en Afrique, le territoire reste clairement celui de la superpuissance impérialiste yankee et de ses alliés tels que la France. La domination est telle que ce sont les Etats-Unis eux-mêmes qui imposent des sanctions à six personnes pour “déstabilisation de la zone” dans le pays congolais. Trois de ces personnes appartiennent aux milices des Forces démocratiques de libération du Rwanda, qui opèrent également au Congo. Et une autre personne du Mouvement du groupe de libération nationale du 23 mars, une milice qui opère dans le Kivu Nord, une région riche en minerais.

Ce n’est pas la première fois qu’une situation similaire se produit. En 2017, deux “experts” de l’ONU qui effectuaient une mission d’enquête dans la région ont été tués et les autorités ont arrêté des centaines de personnes. Des années plus tard, en 2022, 51 personnes ont été condamnées à la peine capitale, 22 d’entre elles étant absentes lors du procès massif.

Articles sur le même thème

Articles récents