lundi 5 décembre 2022
HomeInternationalPour un 8 mars internationaliste, prolétarien et révolutionnaire !

Pour un 8 mars internationaliste, prolétarien et révolutionnaire !

La rédaction de Nouvelle Epoque vous propose la traduction d’un article de nos camarades du journal A Nova Democracia au Brésil, à propos du 8 mars 2022 et des diverses actions ayant eu lieu dans le monde en ce jour international de lutte des femmes prolétaires. Vous pouvez retrouver l’article original en suivant ce lien.


Divers mouvements révolutionnaires organisant les femmes du peuple ont célébré la Journée internationale des femmes prolétaires ce 8 mars, avec des activités et des déclarations soulignant le rôle des femmes dans l’internationalisme prolétarien et la révolution mondiale. Les activités menées en Europe et en Amérique latine ont également rejeté les guerres d’agression contre les peuples opprimés du monde.

En France, la Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire (LJR) a célébré la journée internationale des femmes prolétaires le 12 mars, notamment au travers d’une activité pour le boycott des élections présidentielles en France. La jeunesse révolutionnaire a installé un stand dans un endroit très fréquenté de la ville de Lyon et a distribué plus de 2800 tracts contre la farce électorale, tout en menant une étude sur la question de l’oppression des femmes et la Révolution. Une banderole a été accrochée aux grilles d’un parc local, sur laquelle on pouvait lire : Femmes prolétaires, votre émancipation ne passe pas par les élections, mais par la révolution ! Les jeunes portaient également une bannière sur laquelle était écrit «  Viva a LCP » (note de la rédaction : Vive la Ligue des Paysans Pauvres au Brésil).

En Colombie, des milliers de femmes et d’hommes sont descendus dans les rues de Medellin pour célébrer la Journée internationale de la femme prolétaire. Les masses rebelles ont exigé que les nouveaux droits des femmes soient maintenus et conquis, non seulement sur le plan juridique, mais surtout dans la vie quotidienne de la société. En outre, ils ont dénoncé l’invasion impérialiste russe de l’Ukraine et ont appelé le peuple à ne pas prendre part au processus de la farce électorale, indiquant la voie de la révolution comme le seul moyen de résoudre les problèmes des masses. La manifestation a souffert d’une tentative de répression de la part de la police, qui a attaqué les manifestants combattifs avec des gaz lacrymogènes et a tiré sur le sol et détenu des manifestants. Malgré cela, les masses n’ont pas été intimidées et ont continué à défiler jusqu’à la fin de la célébration.

Au cours de la manifestation, les mouvements révolutionnaires Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire (LJR), Mouvement Etudiant au Service du Peuple (Mesp) et Mouvement Etudiant Revolutionnaire et Populaire (MERyP) ont également rejeté les élections comme moyen d’obtenir des droits pour les femmes et pour les masses en général et ont scandé des slogans tels que Les élections sont une farce, elles ne changent rien ! Organisons le peuple pour faire la révolution ! Ils ont également scandé des slogans tels que “Femme, ne vote pas, bats-toi !” et des affiches de candidats ont été attaquées à coups de frondes et de pierres.

Vidéo de la manifestation du 8 mars a Medellin en Colombie

En Norvège, la Journée internationale des femmes prolétaires a été célébrée dans plusieurs villes  sous la forme de manifestations de masse massives. Les manifestations ont eu lieu dans les villes d’Oslo, Bergen, Trondheim et Kristiansand.

À Oslo, les masses, ainsi que les mouvements révolutionnaires tels que le Comité de lutte (Kampkomiteen) et Révolution socialiste – TMI (Sosialistik Revolusjon – TMI), ont lancé les slogans “Combattez et résistez !“, “Combattez la violence contre les femmes !“, “À bas la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine !” et “Russie, OTAN, USA – ne touchez pas à l’Ukraine !”.

À Bergen, les militants du Comité de lutte ont rejoint les masses en révolte dans une manifestation qui répudiait le patriarcat et l’impérialisme et exaltait la solidarité internationale entre les travailleurs. Plus tard, une autre manifestation du Comité de combat des communistes révolutionnaires (Revolusjonære Kommunister) a eu lieu devant une bibliothèque. À la fin de la manifestation, une bannière contre la violence envers les femmes a été déployée devant un métro voisin.

Dans la ville de Trondheim, le Comité de lutte et le Comité du 8 mars ont commencé la journée par une manifestation axée sur la dénonciation de l’augmentation constante de la pauvreté des masses et de l’inflation, de la guerre d’agression contre l’Ukraine et de la violence contre les femmes. Le caractère combatif et révolutionnaire de la lutte des femmes prolétaires pour leur libération non seulement de l’oppression sexuelle, mais de toute l’oppression de la société de classe a également été souligné. Les slogans “Renforcer la solidarité internationale“, “Vague par vague, coup par coup, contre l’impérialisme et le patriarcat !” et “Ne les laissez pas nous diviser, unissons-nous pour lutter” ont été lancés.

Les activistes de Kristiansand ont organisé des activités avant le 8 mars. Le comité de lutte a organisé des activités culturelles et des manifestations avec le Front des femmes dans la ville de Bergen.

Des activités de collage de tracts et de graffitis, ont été réalisées dans les villes d’Oslo, Bergen, Trondheim, Jaren, Kristiansand, Vennesla.

En Allemagne, une manifestation a eu lieu à Berlin, à laquelle ont participé des centaines de personnes pour célébrer la Journée internationale de la femme. De nombreux résidents locaux ont montré leur solidarité avec la manifestation en se joignant à la marche. Des pamphlets contre la guerre d’agression de l’impérialisme russe contre l’Ukraine ont été distribués et les révolutionnaires ont suivi la marche jusqu’au monument de Clara Zetkin, où les militants ont déposé des roses en l’honneur de la révolutionnaire.

A Brême, l’organisation  « Comité rouge des femmes » a organisé une manifestation le 8 mars au cours de laquelle ont été dénoncées la guerre d’agression de l’impérialisme russe contre le peuple ukrainien et la présence de troupes militaires allemandes dans les pays d’Europe de l’Est et d’autres régions du monde. Les habitants de la région ont manifesté une grande sympathie pour les révolutionnaires, et les drapeaux rouges portant le symbole de la faucille et du marteau. L’impérialisme russe a également été dénoncé dans la région de la Ruhr, où les révolutionnaires ont brandi des banderoles, réalisé des graffitis et distribué des tracts du Comité des femmes rouges dénonçant la guerre d’agression contre l’Ukraine.

Dans la capitale suédoise, Stockholm, les révolutionnaires ont participé avec les masses à la marche de la journée de la femme. La manifestation a fait l’éloge de la participation des femmes à la lutte pour le communisme.

Articles sur le même thème

Articles récents