jeudi 22 février 2024
AccueilChoix de la rédactionSolidarité avec celles et ceux qui payent le prix !

Solidarité avec celles et ceux qui payent le prix !

Le comité de rédaction de Nouvelle Epoque a décidé de partager ici le dernier communiqué de la Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire (LJR).

«La révolution c’est un soulèvement, un acte violent par lequel une classe en renverse une autre.»

Président Mao Zedong, 1927

Nous nous trouvons aujourd’hui dans la période de l’offensive stratégique de la Révolution Prolétarienne Mondiale. Cela se vérifie chaque jour un peu plus, notamment par un fait que nous avons répété tout au long de l’année 2023 : la tendance principale dans le monde est celle de la Révolution, dont nous connaissons en France les prémices.

Nous avons pu confirmer ceci dans le réel de la situation de la lutte des classes dans l’État français, avec une année 2023 très intense où les masses ont, tout au long de l’année, montré qu’elles sont prêtes à partir à l’assaut du ciel et qu’elles n’attendent qu’une direction pour les mener à la bataille et une organisation révolutionnaire pour les guider jusqu’à la victoire.

Cette riche année 2023 a vu la bataille des retraites se dérouler avec un renouveau de la lutte des classes au sein de la CGT avec une radicalisation des bases syndicales, puis est venu Sainte-Soline où la petite-bourgeoisie a montré sa combativité. La fin d’année a vu la glorieuse offensive tactique de l’héroïque Résistance Nationale Palestinienne dirigé par le Hamas porter de rudes coups à l’Etat criminel et génocidaire d’Israël prouvant par la même que la libération et l’émancipation est au bout du fusil et que personne n’est invincible, infligeant également par la même une dure défaite idéologique en dévoilant le lâche caractère de beaucoup d’organisations « révolutionnaires » ou « communistes » en France refusant de soutenir la Résistance. Mais nous voudrions revenir en cette fin d’année 2023 sur un glorieux événement, qui assurément fera partie des dates historiques de la nation française, les Grands Soulèvements de juin 2023. Nous allons pour ceci emprunter les mots suivants au journal Nouvelle Epoque :

« Le lâche assassinat du jeune Nahel a déclenché un immense soulèvement spontanéde la jeunesse prolétaire la plus pauvre de France. Par milliers, ils se sont insurgés etont fait trembler le vieux monde, ils ont montré encore une fois l’immense combativitéqui anime ceux qui n’ont que leurs chaînes à perdre. Il ne faut pas chercher bien loin lepourquoi d’une telle émotion : l’impérialisme est en décomposition et écrase toujours plus les masses populaires de tout son poids. Il jette toujours plus dans la pauvreté et l’indigence les plus pauvres du pays, qui se concentrent dans les quartiers prolétaires autour des centres métropolitains dégoulinant de richesse.

L’étincelle, qui a été l’assassinat du jeune Nahel, a mis le feu à la plaine sèche demillions de jeunes désespérés. Il a fallu déployer plus de 45 000 hommes et les troupesd’élites pour arriver à contenir les insurgés après cinq jours d’émeutes, qui ont pris laforme de milliers d’actions de guérilla. Seule la violente répression et l’arrestation demilliers de personne a permis d’étouffer, pour un temps, la rage de vivre. Les insurgésse sont attaqués directement à l’État, des dizaines de commissariats ont été attaqués,plusieurs ont brûlé, de même que les mairies étaient systématiquement prises pour cibles. Écoles, bâtiments des impôts et autres administrations ont complété le tableau. Ils visaient l’État, le Pouvoir.»

Editorial de juillet : La jeunesse prolétaire des quartiers montre la voie, Nouvelle Epoque, 2023 (https://www.nouvelleepoque.fr/la-jeunesse-proletaire-des-quartiers-montre-la-voie/)

Qui dit bataille dit guerre. Et la guerre réclame un prix, que nous avons et devrons tous payer un jour ou l’autre. Nous devons de plus garder en tête que généralement, et encore plus dans la pratique de la guerre, donc de la politique, nous ne pouvons « prendre » sans « donner ». Chaque conquête exige un prix. Bien que n’étant pas encore en guerre ou dans une situation où la Révolution est initiée, cette loi est également valable.

Le 8 juillet, nous disions dans une note interne :

« Alors camarades, soyons fiers et heureux mais gardons en tête que des milliers de nos frères et sœurs de classe sont encore aux mains de l’ennemi. Nous nous devons donc de continuer encore plus férocement le combat.»

Rassemblement organisé par le CPES à Lyon en juillet en soutien aux révoltés. Source : Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire

Nous réaffirmons ainsi en cette fin d’année que nous rejetons le jugement de la bourgeoisie considérant les révoltés de juin comme des délinquants ou criminels et affirmons que les seuls juges sont les masses et le prolétariat de France, et que ce dernier a reconnu le caractère légitime des soulèvements, et a exigé des actions qui parlent. Nous saluons ainsi tous les révoltés de juin en liberté, mais particulièrement ceux en prison, et leur assurons notre solidarité de classe.

Nous exprimons publiquement une nouvelle fois notre soutien à cette jeunesse qui a

affronté la tête haute les forces de répression, les a tenu en échec pendant plusieurs jours dans de rudes affrontements. Nous affirmons que cette jeunesse prolétaire de France, une fois mobilisée dans son organisation, balayera définitivement ce vieux système pour construire le nouveau. Nous saluons ainsi celles et ceux qui ont compris que les vains discours des politiciens, la mascarade électorale, les pseudo cadres de l’Etat ne sont qu’un carcan voulant entraver et réduire au silence la juste colère des opprimés. Nous sommes dans ce combat à leurs cotés jusqu’à la victoire finale, celle qui verra, sur les ruines fumantes du capitalisme, naître le Socialisme. Nous savons que la tâche sera rude, mais nous sommes la multitude tandis qu’ils ne sont qu’une poignée de parasites, et nous sommes du bon coté de l’histoire. A nous d’organiser cette colère, cette volonté de renverser la table, afin de faire déborder toute notre rage de classe sur celles et ceux qui nous exploitent et oppriment depuis trop longtemps !

Des centaines de révoltés sont encore aujourd’hui emprisonnés par la bourgeoisie et passeront les fêtes de fin d’année à l’ombre. Nous nous devons de les soutenir car nous n’oublions personne et surtout pas des combattants et combattantes ! Nous appelons dans ce sens tous les révolutionnaires et les progressistes sincères, à développer des initiatives de soutiens, car en 2005 comme en 2023, on a raison de se révolter !

Banderole déployée par les participants au Noël Rouge organisé par le CPES de Lyon. Source : Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire

Soutien aux révolutionnaires et aux masses emprisonnées pour s’être justement révoltés !

C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères !

Le Bureau National de la Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire
Le 26 décembre 2023

Articles sur le même thème

Articles récents