lundi 24 juin 2024
AccueilCrimes contre le peupleBrésil : Libérez Luzivaldo !

Brésil : Libérez Luzivaldo !

Nous publions une traduction non officielle d’un appel de la Ligue des Travailleurs du Brésil concernant le cas du paysan Luzivaldo de Souza Araújo.

NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ POUR LE PAYSAN LUZIVALDO !

La lutte des paysans, des peuples indigènes, des quilomboles, en bref de toutes les masses laborieuses qui luttent pour la défense du progrès, est juste et, par conséquent, nous la soutiendrons activement. C’est pourquoi nous appelons tous à soutenir la lutte paysanne, à renforcer notre unité entre la campagne et la ville et à lutter pour la libération de Luzivaldo et de son frère Robélio, victimes du vieil Etat, prisonniers politiques : il est du devoir de tous ceux qui défendent la juste lutte du peuple de les défendre.

L’ancien Etat bureaucratique brésilien, fondé sur l’alliance la plus rétrograde entre la grande bourgeoisie et les propriétaires fonciers, au service de l’impérialisme, principalement yankee, continue à commettre les crimes les plus barbares contre le peuple et il appartient à tous les combattants de la classe de chercher à renforcer l’opposition à ce groupe au pouvoir, c’est-à-dire à élever l’alliance ouvrière-paysanne, seule capable de renverser cette vieille démocratie pourrie. En ce sens, la Liga Operária ne ménage aucun effort pour soutenir la juste lutte paysanne, et nous élevons notre drapeau au plus haut en défense de la liberté du paysan Luzivaldo de Souza Araújo, 42 ans, et de son frère Robélio, 30 ans, emprisonnés injustement depuis 2019 pour un crime de “ouï-dire” dans un endroit où le grand propriétaire est le pouvoir absolu de la région.

Nous devons soutenir tous les combattants populaires, qui font face à leurs bourreaux, en particulier ceux qui luttent pour la destruction des grandes propriétés et pour la destruction de ce système séculaire de concentration des terres dans le pays. L’accusation portée contre Luzivaldo et son frère fait partie intégrante d’un plan des grands propriétaires de la région pour essayer d’arrêter la lutte pour la vie et la croissance d’une parcelle de terre, parce que Luzivaldo est la pierre d’achoppement des propriétaires de la région et comment ne pourrait-il pas en être autrement, puisqu’il a refusé d’accepter d’être du côté des propriétaires et qu’il est un exemple pour les paysans de la région de São José da Boa Vista en Campina Verde, dans le Triangulo Mineiro et sa région. Nous republions la note publiée sur la page de l’Association brésilienne des Avocats du Peuple – Gabriel Pimenta (ABRAPO).

17 juin 2023 – ABRAPO

LUZIVALDO: Justice sera faite !

Le procès du paysan Luzivaldo de Souza Araújo, 42 ans, est prévu pour le 26 juin 2023, à Campina Verde/MG. L’ABRAPO soutient que le procès devrait être reporté (rejeté), car nous comprenons bien qu’il n’y a aucune place pour rendre justice à Luzivaldo, puisque toute l’accusation contre Luzivaldo repose sur des « déclarations anonymes » et des « ouï-dire », qui compromettent l’impartialité du procès. En outre, la région subit une grande influence des propriétaires fonciers, et une grande partie de la population locale est influencée par les conflits répétés entre paysans et propriétaires fonciers qui affectent la région depuis des décennies.

L’injustice contre Luzivaldo est déjà une réalité, il est en prison, condamné sans preuve: l’accusation a présenté des témoins qui n’ont été témoins de rien et qui ont seulement « entendu » et ont présenté des accusations « anonymes », pas même la « motivation » du crime. Ceci se révèle dans la réquisition du ministère public, se voit aussi par plusieurs phrases citant plus d’une motivation possible, ce qui constitue en soi une abomination juridique, mais toutes ces motivations possibles (inventions juridiques) ont été niées par les témoins.

Le frère de Luzivaldo, Robélio, 30 ans, sera également traduit en justice, ce qui montre encore plus clairement qu’il s’agit d’un processus politique, puisqu’il n’est même pas mentionné par l’officier de police qui aurait prétendument «entendu de quelqu’un» que le paysan Luzivaldo avait commis le crime.

Luzivaldo est toujours emprisonné sans raison, sans preuve, et accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, car il s’agit d’un dirigeant paysan qui, depuis près de dix ans, a résisté aux différentes tentatives de reconquête de la zone São José da Boa Vista, où il a joué le rôle de coordinateur de la légitime lutte pour le droit à la terre.

Nous voyons à nouveau l’emprisonnement politique, qui a été prouvé lors du procès en appel devant la Cour de justice de Minas Gerais lorsque les juges, en refusant la révocation de la détention préventive et l’annulation de l’acte d’accusation, se sont fondés sur le fait que le crime avait été commis dans une zone de peuplement, démontrant de façon indéniable la criminalisation du mouvement paysan par le système judiciaire :
« Puisqu’il s’agit d’un crime commis dans une zone de peuplement, marquée par des conflits sanglants et où prévaut la fameuse ‘loi du silence’, il est nécessaire de mettre en évidence ce qui a pu être découvert au cours de l’enquête sur le crime. »

Il convient également de noter que l’infraction en question n’a même pas été commise dans une zone de conflit agraire, mais dans une exploitation agricole voisine, de sorte qu’elle n’a rien à voir avec l’occupation des terres, elle n’a rien à voir avec celle-ci que pour ceux qui cherchent à rendre criminelle la lutte pour la terre.

Depuis son arrestation il y a presque quatre ans, ABRAPO et CEBRASPO, la Commission Nationale de la Ligue des Paysans Pauvres, syndicats, étudiants et démocrates de tout le Brésil protestent et exigent la LIBÉRATION IMMÉDIATE DE LUZIVALDO.

Pendant son incarcération, Luzivaldo a subi à plusieurs reprises des mauvais traitements, comme nous le constatons dans la note de la Commission Nationale de la Ligue des Paysans Pauvres, situations dans lesquelles, en raison de complications de santé, il a passé plusieurs jours à l’hôpital. Nous insistons sur le fait qu’en raison d’un problème de foie, avec une condition infectieuse, il avait besoin, selon les recommandations médicales, d’un régime alimentaire spécial, ce qui n’est jamais arrivé.

Plusieurs plaintes ont été déposées, ce qui a même donné lieu à une demande d’information et de mesures de la part de la Commission des droits de l’homme de l’Assemblée législative du Minas Gerais, rédigée par la députée Andreia de Jesus :
Dans le cadre de cette campagne, des dizaines d’e-mails de protestation ont été envoyés au gouverneur MG Romeu Zema, à la présidence du TJMG, au Département des Prisons de Minas Gerais, au Conseil d’Etat pour la Défense des Droits de l’Homme et à la Commission des Droits de l’Homme de l’Assemblée Législative de l’Etat de Minas Gerais.

L’Association brésilienne des Avocats du Peuple – Gabriel Pimenta, réaffirme sa conviction de l’innocence du paysan Luzivaldo, toujours emprisonné injustement, et de son frère Robelio, tous deux accusés et désignés pour un procès le lendemain, le 26 juin, exprimant notre soutien et notre espoir que le procès sera impartial, qu’il sauvera la vérité, la justice, et qu’il évitera une autre condamnation injuste, comme d’autres dans l’histoire.

NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ POUR LE PAYSAN LUZIVALDO !

LUTTER N’EST PAS UN CRIME !

LUZIVALDO EST UN PRISONNIER POLITIQUE !

Association brésilienne des avocats du peuple – Gabriel Pimenta – (Associação Brasileira dos Advogados do Povo – Gabriel Pimenta – ABRAPO).

Centre brésilien de solidarité avec les peuples (Centro Brasileiro de Solidariedade aos Povos – CEBRASPO)

Articles sur le même thème

Articles récents