jeudi 20 juin 2024
AccueilLutte des classesGrand Lyon Habitat : l’indignité et le mépris se conjuguent en novembre

Grand Lyon Habitat : l’indignité et le mépris se conjuguent en novembre

Nouvelle Epoque avait suivi la lutte contre les charges abusives menées par les habitants du quartier des Etats-Unis (Lyon 8e) l’année dernière (2022), organisés au sein du Comité populaire d’Entraide et de Solidarité (CPES), en lien avec les habitants de Mermoz (un autre quartier du 08eme).

Les habitants s’étaient alors mobilisés contre les régularisations annuelles abusives, le bailleur social réclamant des sommes hallucinantes au prétexte d’un chauffage allumé «300 jours par an», de la guerre en Ukraine, ou des frais de fonctionnement d’ascenseur, un comble dans des immeubles dans lesquels ascenseur et chauffage sont en panne 9 mois par an.

Après plusieurs mobilisation au quartier suivis de réunions organisés par le CPES rassemblant une cinquantaine d’habitants, des envahissements de l’antenne local de GLH et de la mairie du 8e en plein conseil municipal, précipitant une assemblée générale au cours de laquelle les représentants de GLH avaient été copieusement sifflé, et que le maire du 8e arrondissement avait quitté en assumant «ne rien pouvoir faire contre les bailleurs sociaux», un étalonnement des paiements avaient été obtenus, ainsi qu’un contrôle des charges pour tous les habitants membres ou non de comités de locataires, une victoire petite, mais au combien précieuse pour des habitants étouffés par les charges abusives. Principalement les habitants et habitantes ont compris qu’ensemble ils pouvaient s’organiser et briser l’isolement et que si à 50 ils forçaient le maire à convoquer le PDG de GLH pour calmer leur colère, à 500, 5000, 50 000, etc, ils pourraient gérer eux-même leurs quartiers et assurément ils le feraient mieux que GLH.

Début novembre de cette année, les habitants administrés par GLH ont eu la mauvaise surprise de recevoir à nouveau un courrier leur annonçant des régularisations en hausse. Alors que jusqu’à deux ans en arrière là les régularisations étaient l’occasion pour GLH de rendre le trop-plein perçu aux habitants, il semblerait que le bailleur social mafieux change cette habitude déjà illégale leur permettant de se constituer un fond de caisse sur le dos des habitants, pour se servir de la régularisation pour ponctionner toujours plus d’argent aux habitants des quartiers populaires, sans aucune contrepartie.

Aussitôt la nouvelle reçue, la colère commence à gronder, et les habitants à s’organiser : une réunion publique à l’initiative du CPES se déroule le mercredi 8 novembre et rassemble 25 habitants. De nombreuses pistes sont avancées, des rassemblements en passant par le gel des loyers. En ressort un plan de bataille, que s’empressent de mettre en œuvre les habitants. De plus une lettre permettant d’exiger un contrôle des charges à été diffusé par le CPES aux habitants et une lettre publique de dénonciation de cette situation, à été envoyé à la presse. Nous vous la relayons également. Enfin une campagne d’agitation contre GLH voir le jour aux quartiers Viviani et aux Etats-Unis.

Depuis, tous les jours des locataires appellent GLH, voire se déplacent. Accueillis par un mépris évident et une mauvaise foi absolue, le bailleur social ne fait qu’attiser une colère qui menace de se propager hors des bornes de Viviani et au reste des zones administrées par GLH.

Ce vendredi (24/11) aura lieu un rassemblement appelé par le CPES devant le siège «8e arrondissement-est» de Grand Lyon Habitat pour exprimer ce rejet du vol organisé, que couvrira Nouvelle Epoque.

Lettre à Grand Lyon Habitat envoyée par les habitants en colère du 8e arrondissement de Lyon.

Articles sur le même thème

Articles récents