lundi 24 juin 2024
AccueilCrimes contre le peupleFarce électorale en Espagne : près de 30% de l’électorat refuse de...

Farce électorale en Espagne : près de 30% de l’électorat refuse de voter, le parlement est fragmenté et le gouvernement est en suspens

Traduction non officielle d’un article du Comité de rédaction de Servir al Pueblo, publié le 26 juillet 2023.

L’État bourgeois a une nouvelle fois mené à bien son processus de légitimation par le biais d’une farce électorale le 23 juillet. À cette occasion, 35 146 062 électeurs ont été appelés à voter pour élire de nouvelles Cortes Generales (Sénat et Congrès des députés, respectivement chambre haute et chambre basse). Le recensement ayant déjà atteint 100 %, nous savons que 70,6 % des plus de 35 millions d’électeurs convoqués ont voté. Cela signifie que 29,4 %, soit plus de 10 400 000 personnes, ont décidé de ne pas participer à la farce électorale. Curieusement, le parti le plus voté n’est pas un parti, mais l’abstention.

La « gouvernabilité » de l’Espagne en danger

Les résultats globaux du Congrès des députés sont les suivants :

Abstentión: 10.402.425

PP [Parti populaire, droite]: 8.091.840 (136 députés)

PSOE [Parti socialiste, gauche]: 7.760.970 (122 députés)

Vox [Extrême droite]: 3.033.744 (33 députés)

Sumar [Gauche]: 3.014.006 (31 députés)

ERC [Gauche indépendantiste catalane] : 462.883 (7 députés)

Junts [Libéraux indépendantistes catalans]: 392.634 (6 députés)

EH Bildu [Gauche indépendantiste basque]: 333.362 (6 députés)

EAJ-PNV  [Libéraux indépendantistes basques] : 275. 782 (5 députés)

BNG [Gauche indépendantiste de Galice] : 152.327 (1 députés)

CCa (Coalition régionale des Canaries) : 114.718 (1 député)

UPN [Droite régionaliste de Navarre] : 51.764 (1 député)

Total : 350 députés

Au niveau parlementaire, l’issue de ces élections est incertaine. Le PSOE et Pedro Sánchez l’ont célébré comme une victoire, mais la situation ne favorise vraiment aucun des partis bourgeois (à part EH Bildu pour ses bons résultats). Ni le bloc prétendument « progressiste » formé par le PSOE et Sumar n’atteindrait les 176 sièges nécessaires à la majorité absolue, ni le bloc de droite formé par le PP et Vox. Le graphique suivant montre que les chiffres ne fonctionnent pas :

Source : El Diario (eldiario.es)

Nous voyons comment le PSOE et Sumar – dans le précédent gouvernement « Unidas Podemos » – ne peuvent pas gouverner avec leurs partenaires habituels. Il se retrouve avec 172 députés, soit quatre de moins que la majorité absolue. Pedro Sánchez a besoin de Junts pour pouvoir renouveler son gouvernement. Il n’est pas nécessaire que Junts rejoigne la coalition ; une abstention suffira tant qu’elle aura obtenu ces 172 députés. Junts a déjà déclaré qu’il ne faciliterait pas la gouvernabilité du PSOE en échange de rien. Et ce « rien » signifie, du moins pour l’instant, un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. D’autre part, même si le Parti Populaire a « gagné les élections » – comme la presse bourgeoise le vend comme le candidat le plus voté – il ne pourra pas gouverner. Ils ne savent pas faire les calculs. Vox et EAJ-PNV se sont bloqués l’un l’autre.

La première option, un gouvernement PSOE avec ses anciens et nouveaux partenaires, est la plus probable. Mais pour cela, qu’il s’agisse du PSOE ou de la Junte, il devra avaler ses propres paroles et rompre toutes les promesses électorales et les prétendus « blocages de principe ». La deuxième option, un gouvernement PP avec Vox, UPN, CCa et EAJ-PNV (ce que Feijóo tente déjà de faire) est moins probable, car Vox et EAJ-PNV perdraient une large base d’électeurs s’ils acceptaient de collaborer entre eux. La troisième option consiste à répéter les élections entre novembre et décembre si un gouvernement ne peut être formé.

Si les partis de la bourgeoisie étaient gouvernés par des principes et l’honnêteté, les élections seraient répétées lorsqu’il est impossible de former un gouvernement. Mais nous savons qu’ils sont mus par des intérêts personnels et des fauteuils, que les élections sont une farce et que la politique parlementaire est un cirque qui ne sert qu’à frapper le prolétariat à coups de marteau. Nous, révolutionnaires, appliquons l’idéologie scientifique du prolétariat (marxisme-léninisme-maoïsme, principalement maoïsme) pour connaître la réalité et la transformer, mais nous ne sommes pas des gourous qui prédisent l’avenir. Y aura-t-il un gouvernement ou les élections seront-elles répétées ? Nous ne pouvons pas le savoir. Lorsqu’un cirque est rempli de clowns, tous les spectacles sont possibles. Ce que nous savons, ce sont deux choses :

1) S’il y a un nouveau gouvernement, quel qu’il soit, il sera instable et sera obligé de faire des concessions à ses partenaires.

2) S’il y a un gouvernement du PSOE en coalition avec Sumar et tous ses partenaires, il sera difficile de gouverner étant donné que le PP contrôle le Sénat avec une majorité absolue et la plupart des communautés autonomes et des villes.

Bien que la « normalité » de la vie parlementaire ait été rompue depuis longtemps, depuis la fin du bipartisme, il y a encore un cirque parlementaire pour un certain temps. La soi-disant « gouvernabilité de l’Espagne » va connaître une crise.

Sur la participation ? Les masses croient-elles en la démocratie bourgeoise ?

Si nous comparons la participation électorale du 23 juillet dernier (élections générales) avec celle du 28 mai (élections municipales et autonomes), nous constatons que la participation est passée de 64 % environ à 70 %. Et si nous comparons ces élections générales avec les dernières, en novembre 2019, elle passe également de 66% à 70%.

Il serait erroné de comprendre cette augmentation de six points comme une plus grande confiance dans la démocratie bourgeoise. Il faut comprendre que 1) les élections générales ont toujours eu un pourcentage de participation plus élevé que les élections municipales, parce qu’elles sont considérées comme une question de plus grande importance ; 2) l’État espagnol a mené toute une campagne médiatique, active et passive, pour encourager les gens à voter, tant à droite qu’à gauche. Ils ont même augmenté les heures d’ouverture des bureaux de poste pour faciliter le vote par correspondance.

D’ailleurs, regardons le taux de participation aux élections générales :

1979 : 67’43%

1982 : 79’97%

1986 : 70’49%

1989 : 69’74%

1993 : 76’44%

1996 : 77’38%

2000 : 68’71%

2004 : 75’66%

2008 : 73’85%

2011 : 71’71%

2015 : 73’20%

2016 : 66’48%

2019 : (avril) : 71,75% (avril) : 71,75% (avril) : 71,75% (avril) : 71,75% (avril)

2019 : (novembre) : 66,23% 2023 : 70,6% (novembre) : 66,23

2023 : 70’6%

L’abstention varie entre 30% et 20% en fonction des différents moments de la lutte des classes et de la manière dont cela affecte la propagande et la mobilisation pour le vote. Les moments de plus forte participation ont été en 1982 (grande mobilisation électorale pour le PSOE après la première législature depuis la transition et l’érosion du gouvernement UCD), en 1993 et 1996 (érosion du dernier gouvernement de Felipe González et mobilisation électorale pour la droite et José María Aznar) et en 2004 (même mobilisation mais dans l’autre sens, pour Rodríguez Zapatero du PSOE et le mouvement anti-guerre en Irak). Tout s’explique si l’on analyse la lutte des classes. Nous savons qu’après des gouvernements très usés, qu’ils soient plus ou moins longs, il y a une grande campagne de mobilisation pour le vote et la participation augmente toujours. De même, nous savons que lors d’élections répétées, la participation diminue, comme cela s’est produit en 2016 et en 2019. Nous en tirons la conclusion suivante : les moments de forte participation sont dus à la propagande de la mobilisation pour le vote après un gouvernement d’usure, et non à une plus grande confiance dans la démocratie bourgeoise. C’est ce qui s’est passé dimanche dernier 23 juillet.

De plus, nous ne pouvons pas oublier que même si la participation a augmenté de 4 points par rapport à novembre 2019, la participation du dimanche 23 juillet dernier est inférieure aux élections de 2004, 2008, 2011, 2015 et avril 2019. C’est la troisième plus faible de ces 20 dernières années !

L’abstention est plus élevée dans les quartiers prolétaires et là où le rejet de l’Etat est le plus fort.

C’est la conclusion que nous tirons de l’analyse des dernières élections régionales et municipales, ainsi que des élections générales du dimanche 23 juillet. Regardons les grandes métropoles :

L’abstention à Madrid. Plus c’est foncé, plus il y a de participation, plus c’est blanc, plus il y a d’abstention. Source : El Diario (eldiario.es) El Diario (eldiario.es)

Est de Madrid
Sud de Madrid
Ouest de Madrid

À Madrid, l’abstention passe de 29,4 % en moyenne à 35 % et 40 % dans plusieurs sections de recensement à Usera, Orcasitas, Puente de Vallecas, Carabanchel et Villaverde, c’est-à-dire dans les quartiers prolétaires du sud de Madrid. L’abstention a également augmenté dans d’autres quartiers prolétaires tels que La Latina et Canillejas. La même situation se répète à Barcelone, Bilbao, Malaga et Saragosse, avec une abstention plus élevée dans les quartiers populaires.

Saragosse
Malaga
Barcelone
Bilbao

A València, nous constatons une augmentation de la participation dans tous les domaines. Cela est dû aux conditions concrètes de la lutte des classes dans la ville, telles que le changement de gouvernement au niveau local et régional (PP et Voz dans les deux cas) et une campagne de mobilisation intense en faveur de la social-démocratie. Cela signifie que la ville de Valence dans son ensemble a un taux d’abstention inférieur à la moyenne nationale de 24,1%. Toutefois, dans différents quartiers prolétariens, l’abstention atteint 30 %, et dans certaines sections de recensement spécifiques, entre 35 % et 40 %. La tendance se confirme : même dans une situation de participation plus élevée, c’est dans les quartiers prolétaires que la farce électorale est la plus rejetée.

Valence

València. Source : El Diario (eldiario.es) : El Diario (eldiario.es)

À Burgos, nous observons la même tendance, avec des taux d’abstention plus élevés dans le quartier populaire de Gamonal. Rappelons que Gamonal est un quartier historiquement en lutte et qu’il s’est soulevé avec de fortes protestations en 2014. En ce qui concerne Albacete, la même tendance se vérifie, l’abstention augmentant progressivement à mesure que l’on s’éloigne du centre urbain et que la présence prolétarienne augmente, ainsi que dans des zones particulières où l’État n’est pas intéressé, pour l’instant, à faire de la propagande pour le vote. C’est le cas des 600 (« La Estrella » sur la carte), un quartier à l’origine ouvrier transformé en ghetto grâce aux plans de l’Etat, où cohabitent aujourd’hui des ouvriers et une très grande partie du lumpenprolétariat.

Albacete
Burgos

En termes de données globales, on constate que le développement du mouvement national au cours de la dernière décennie en Catalogne et au Pays basque reflète un plus grand mécontentement à l’égard de l’État espagnol. Le taux d’abstention en Catalogne est de 34,57% et au Pays Basque de 32,38%, tous deux supérieurs à la moyenne espagnole (ce qui n’est pas le cas en Galice, où le taux de participation est plus élevé, à 26,86%).

Catalogne
Galice
Pays Basque (Euskadi)

Dans les îles Canaries, durement touchées par le chômage et où le prolétariat n’a que peu ou pas d’avenir s’il reste sur les îles, l’abstention augmente également pour atteindre 36,41 %. C’est dans les colonies impérialistes espagnoles de Ceuta et Melilla que l’abstention a été la plus importante. A Ceuta, 44,4% des électeurs n’ont pas voté, et à Melilla, 50,2%. A Melilla, plus de la moitié des personnes appelées à voter n’ont pas voté ! Tel est le degré de méfiance à l’égard de la démocratie bourgeoise et de l’Etat espagnol.

Boycott actif de la farce électorale ! A bas les élections de la bourgeoisie !

Nous avons déjà nié que l’augmentation de la participation dimanche dernier 23J était due à une augmentation de la confiance des masses dans la démocratie bourgeoise. La campagne médiatique massive pour le vote de gauche (peur de Vox et de l’ultra-droite) et de droite (peur du « Sanchismo », des indépendantistes catalans et des « terroristes » d’EH Bildu) a rempli sa fonction. Et pourtant, le taux de participation n’est pas plus élevé qu’en de nombreuses autres occasions.

Comme nous l’avons déjà dit dans différents articles, face à un processus électoral, le boycott est la stratégie nécessaire que nous, révolutionnaires, devons utiliser. Les masses profondes ne croient pas au système et refusent de voter. C’est donc une source inépuisable de rébellion et nous devons concentrer notre attention sur elles. Dans notre analyse du 28M passé, nous avons conclu comme suit

« Cela montre un grand potentiel [la campagne de boycott], un terrain parfait pour le développement des révolutionnaires : si nous regardons les 20 dernières années, le boycott se développe qualitativement en tant que slogan parmi les différentes forces du mouvement ouvrier. Au fur et à mesure que la lutte pour la reconstitution du Parti communiste espagnol (PCE) progresse, la campagne de boycott prendra une plus grande dimension et davantage de communistes, davantage de révolutionnaires, davantage de masses, opteront pour le boycott ».

Conclusions

Plusieurs conclusions peuvent être tirées de cette brève analyse :

Le parti le plus voté n’est aucun parti, c’est l’abstention.

Bien que le taux de participation à ces élections générales (70,6 %) ait été plus élevé que lors des dernières élections générales de novembre 2019 (66,23 %), il s’agit du troisième taux le plus bas de ces 20 dernières années.

Toutes les élections générales où il y a eu une augmentation de la participation ne sont pas dues à une plus grande confiance dans la démocratie bourgeoise, mais à de grandes campagnes pour le vote contre des gouvernements très usés, soit en gouvernant pendant de nombreuses législatures, soit en appliquant des mesures anti-populaires dans une seule législature.

C’est dans les quartiers prolétariens que l’abstention est la plus forte. Les masses profondes rejettent la farce électorale. Plus de 10 millions 400 mille personnes ont pensé que le vote ne résoudrait aucun de leurs problèmes et ont décidé de ne pas voter. Dans les régions les plus touchées par la répression du mouvement national par l’État espagnol, comme Euskadi ou la Catalogne, l’abstention est également plus élevée. Dans les régions oubliées par l’Etat, comme les îles Canaries ou les colonies de Ceuta et Melilla, l’abstention atteint des niveaux élevés, avec plus d’abstentionnistes que de votants (Melilla).

Le futur gouvernement est incertain. Que les élections se répètent ou non, il y aura une crise de la « gouvernabilité de l’Espagne ». Le parlement est fragmenté et aucun parti bourgeois n’a le nombre nécessaire pour gouverner. Il est possible qu’il y ait des pactes contre nature et que les clowns enlèvent leurs masques. Il y aura un cirque pendant un certain temps !

Articles sur le même thème

Articles récents